Manuel pour un sport de valeur

Petits et grands succès
Six reportages

2– Ils s’engagent parce que c’est une bonne chose

Grâce à l’association Jugendsponsoring qu’il a fondée, Jürg Schneebeli souhaite « donner quelque chose en retour » au sport, qui a toujours été important pour lui.

Jeune, Jürg Schneebeli aurait aimé travailler comme moniteur de ski ou maître-nageur. Mais il en fut autrement. Il est devenu architecte, économiste d’entreprise et entrepreneur indépendant dans le secteur de la construction. Il est toutefois resté lié au sport de manière un peu différente. Il soutient en effet de jeunes athlètes avec son projet Jugendsponsoring ( www.jugendsponsoring.ch ), qu’il a fondé en 1992. L’idée a commencé à prendre forme lorsqu’on lui a demandé de prendre la direction d’une petite association de musique. « J’y ai renoncé », explique-t-il, « mais je me suis occupé avec succès de la gestion des finances de l’association ». C’est ainsi qu’est né le projet de soutien à la jeunesse pour les talents sportifs et musicaux de la région, soit des jeunes de moins de 18 ans domiciliés dans les cantons limitrophes du lac de Zurich (Zurich, St-Gall ou Schwyz ). Ce qui le motive : Permettre aux jeunes sportifs et musiciens se s’en sortir mieux que lui à l’époque. Par le biais de modestes contributions d’encouragement, il s’agit de leur offrir la possibilité de réaliser leurs rêves et d’atteindre ce que lui, Schneebeli, n’a pas pu concrétiser lorsqu’il était jeune. Il explique que le sport lui a apporté énormément de choses durant son enfance et son adolescence : « J’ai grandi dans un environnement familial difficile. Dans le club de natation, dans le club de cyclisme et aussi dans le groupe de musique de la jeunesse, j’ai trouvé les espaces de liberté dont j’avais besoin. C’est là que j’ai pu 16 Pour le pla isir de lire m’épanouir et passer du temps avec des camarades ». L’objectif de son projet Jugendsponsoring est de donner quelque chose en retour au sport. « Dans le milieu sportif, nous avons la chance que de nombreuses personnes s’engagent bénévolement en tant qu’entraîneurs, encadrants ou fonctionnaires et investissent beaucoup de leur temps. Ne pouvant malheureusement pas en faire autant, j’essaie d’apporter une contribution sous forme pécuniaire ». Au fil des ans, son projet de sponsoring lui a permis de collecter près de 400 000 francs, qui ont été redistribués à de jeunes sportifs. Actuellement, il s’agit notamment de cyclistes, de nageurs, de rameurs ou de trampolinistes : Des jeunes dont les modestes moyens financiers menacent la réalisation de leurs objectifs sportifs. La condition pour bénéficier d’une contribution est de disposer « de structures claires en ce qui concerne l’entraînement, la formation et les objectifs fixés ». Rien n’est exigé en retour, si ce n’est tout au plus « de petits gestes, comme d’envoyer une carte postale depuis un camp d’entraînement ou une compétition », sourit Schneebeli en ajoutant avec fierté : « Nous pouvons distribuer environ 35 000 francs chaque année. Nos 47 membres actuels s’engagent à verser 1000 francs par an. Cela est suffisant pour que nous puissions nous offrir un repas en commun de temps en temps et pour financer une grande réunion avec les bénéficiaires ». Pourquoi les donateurs s’engagent-ils ainsi ? « C’est très simple », rétorque Schneebeli : « Parce qu’ils trouvent que c’est une bonne chose ».

Article précédent
Article suivant